Actualités

vignobleEntre plaisir des yeux plaisir en bouche!

1595, rue Principale Est, J0E 1A0, 450 379-5069.

À seulement 50 kilomètres de Montréal, St-Paul-d’Abbotsford cache un Éden pour les sens. Au vignoble et cidrerie Coteau St-Paul, sis sur le versant sud du mont Yamaska, Bacchus bichonne ses vignes tel un dieu, et ça se goûte! Le nouveau et jeune propriétaire, Nicolas, se fait un honneur de partager sa passion dans un intérieur d'inspiration médiévale. De derrière son comptoir, le vigneron ne se gêne pas pour transmettre ses connaissances et remplir les verres! Parmi ses cépages et ses pommes, il vous invite à gravir les quelques centaines de mètres de sa terre pour profiter d'une vue magnifique.

À faire l'été: Là haut, tout est bucolique à souhait et idéal pour un pique-nique. La grande tranquillité et la beauté légèrement désordonnée du site inspirent l'oisiveté et la détente.

À faire l'automne, dès fin août: L'incontournable auto cueillette de pommes qui, compte tenu de l'étendue de la pommeraie, vous assure assez d'intimité pour partager ce moment avec ceux et celles que vous aimez.

À essayer absolument: Envie de vous laisser surprendre ou d'étonner quelqu'un? Auto cueillette de raisins de table dès la mi août et jusqu'en octobre. Une quinzaine de variétés, toutes plus savoureuses les unes que les autres, vous attendent pour une expérience aussi rare que délicieuse au Québec.

Les vins: Des rouges et des blancs et rosé généreux en bouche, juste assez fruité et peu tannique pour accompagner des tables festives ou des petits moments de bonheur. En apéro avec du salé: parfait.

Les vins de glace rouge et blanc: Sucré légèrement, bien sirupeux, une onctuosité aérienne qui caresse agréablement la langue.

À goûter absolument: le Sao Paulo. Un Porto rouge qui excite les papilles sans détrousser le portefeuille. De quoi en rapporter une caisse chez soi!

Coteau St-Paul: à ajouter immédiatement à son carnet d'adresse.

www.coteau-st-paul.com

gastronomie3-thumb400x260

Au cœur du village de Knowlton, le Café Buzz est l'une des tables les plus appréciées de la région. Chaleureux et inspirant, ce petit café est le coup de cœur de la comédienne et écrivaine Francine Ruel, qu'elle qualifie d’épuré et raffiné. Les propriétaires Peter et Normand aux commandes de la cuisine et du café vous préparent des sandwichs, soupes, plats du jour, salades ainsi que des gourmandises sucrées, avec une touche européenne et une préoccupation pour une alimentation saine qui valent le détour et qu’on peut manger sur place ou en traiteur!

Juste à côté, Panissimo vous offre une grande sélection de pains préparés à partir d'ingrédients naturels et biologiques, ainsi que des petites douceurs pour vous charmer. Le pain multigrains, le chocolat et zeste d'orange, le pain aux noix et le pain aux raisins, cardamome et gingembre, des délices sont entièrement fabriqués sur place tous les jours et cuits sur sole.

Dans l’ancien village de Foster, L'Auberge du Joli Vent est une table d'exception dans une auberge centenaire. Le chef Hans Christiner propose un menu saisonnier de tradition européenne avec une touche asiatique.

Du côté de l’ancien village de West Brome, le Bistro de l’Auberge West Brome saura vous mettre l'eau à la bouche avec son menu créatif et inspiré, aux accents gastronomiques, fait de plats savoureux avec des ingrédients frais et locaux, avec une carte des vins étoffée comprenant plusieurs vins de la région.

Au cœur de Cowansville, le restaurant Carrément bon vous accueille dans un décor exclusif intégrant le travail d’artistes et artisans de la région. La cuisine est d’inspiration française et toute aussi raffinée. Que ce soit en salle à manger ou sur la terrasse, vous pouvez apporter votre vin.

À la boulangerie artisanale La mie bretonne, vous pourrez vous procurer trente choix de pains avec des farines québécoises pétris dans la tradition française : pains blancs, des pains spéciaux, des pains méditerranéens, des pains au levain et leurs traditionnelles brioches. On y trouve aussi plusieurs viennoiseries, des pâtisseries, des macarons, des sandwichs, du café espresso de qualité, des fromages artisanaux du Québec et des produits d'épicerie.

Entre Cowanswille et West Brome, la pâtisserie Crème et Myrtilles vaut le détour. Pour déguster de délicieuses pâtisseries françaises, du millefeuille à la tarte au citron, ou encore des gâteaux concoctés avec des ingrédients locaux si vous souhaitez une pause sucrée avec un bon café. Vous pouvez aussi faire une pause salée et déguster une quiche savoureuse, une salade délicieuse ou la pizza cuite au four à bois

La Maison Nesbitt

La ville de Lac Brome, née de la fusion de sept villages dont le plus connu est Knowlton, doit son nom au lac qu’elle entoure. Cette étendue d’eau de 15 km carrés avec ses 20 km de berges est le plus rapproché des grands lacs qui font la plaisir des Montréalais à la recherche de lieux de résidence secondaire dans les Cantons de l’Est. C’est ici que la rivière Yamaska trouve sa source. Ce lac majestueux sait attirer les amateurs de plein air et les sportifs. L’été, il se prête aux joies de la baignade, du pédalo, de la planche à voile et du catamaran. Il sait aussi ravir les amants de la nature avec ses zones écologiques et ses habitats fauniques.

Les Cantons de l’est comptent une foule de villages ravissants dont plusieurs sont marqués pour l’influence de leurs fondateurs loyalistes, ces réfugiés de la Révolution américaine demeurés fidèles à la Couronne britannique qui colonisèrent les premiers la région après 1783. Knowlton, sur le lac Brome, est un de ces pittoresques villages des Cantons de l'Est où la population francophone côtoie les descendants de ces loyaux sujets qu’on appelle les Townshippers. À seulement 100 km de Montréal, Knowlton est reconnu pour ses boutiques et antiquaires bien achalandés, ses restaurants et cafés, ses auberges et gites. Situé sur la Route des Vins qui méandre dans la campagne de Brome-Missisquoi, Knowlton est l'arrêt idéal au début ou à la fin de votre périple pour savourer un bon repas arrosé d'un des vins régionaux dans un des restaurants du village. Le pittoresque village des Cantons de l'Est a été choisi par le magazine L'Actualité comme un des plus beaux villages du Québec. L’élégant village victorien est reconnu pour son héritage loyaliste et la richesse de son patrimoine bâti. L'Auberge Knowlton s'enorgueillit d'ailleurs d'être la plus ancienne auberge toujours en activité des Cantons de l'Est, depuis 1849. Les luxueuses résidences situées au pourtour du lac, le Musée de Brome et le circuit patrimonial rappellent la prospérité d'antan et l'héritage anglophone. Le cœur du village s'illumine tous les mois de décembre pour les Fêtes. Les Printemps meurtriers célébrant la littérature policière animent le village avant la haute saison touristique.

C’est dans ce charmant village que l’écrivaine et comédienne Francine Ruel, bien connue des téléspectateurs québécois, trouve son inspiration pour ses romans. Cela fait maintenant douze ans que l'écrivaine et comédienne habite dans un petit carré vert de Knowlton et qu'elle participe année après année aux Correspondances d'Eastman.

Autour du lac, l'agrotourisme est à l'honneur avec la ferme du célèbre Canard du Lac Brome qui se spécialise dans l’élevage du canard de Pékin, des canards élevés naturellement pour leur viande, et ce, sans gavage. C’est aussi un excellent point de départ pour explorer la route des vins de Brome-Missisquoi avec une visite chez Léon Courville au vignoble du Domaine Les Brome. Ou pour découvrir les nombreux créateurs de saveurs du terroir des alentours. La campagne environnante est riche de pittoresques auberges, fermettes et de petites routes panoramiques qui peuvent être découvertes à vélo.

Le charme victorien de Cowansville

Ville aux quatorze ponts, la ville voisine de Cowansville est la plus importante ville de Brome-Missisquoi. En plus du lac Davignon, en plein cœur de la ville, le quartier historique de Sweetsburg fait le charme de Cowansville grâce à son empreinte loyaliste et à ses magnifiques édifices et résidences cossues de style victorien, qui bordent les rues Principale et du Sud. La Maison Bruck (1875), le circuit d’œuvres murales « Les belles disparues », les nombreux restaurants et le Café de village de la boulangerie artisanale La mie bretonne offrent aux visiteurs un cadre agréable pour flâner et prendre le temps de vivre. La place Nelsonville révèle une vue splendide sur la rivière et, la nuit tombée, on peut y admirer les vestiges éclairés du vieux moulin à farine datant de 1837.

christophe_steak

Au beau milieu de ce vaste terroir, Granby et Bromont comptent plusieurs tables homosympas offrant les produits de la région.

À Granby, le resto Il Piccolo de l’Hôtel Saint-Christophe propose une cuisine internationale aux saveurs méditerranéennes. Malgré le nom italien, le chef est portugais. Aussi des tapas d’inspiration ibérique sont au menu. Le bistro met à l’honneur un belle carte de vins en importation privée. La magnifique terrasse, attenante à la salle à manger, offre une vue prenante sur le lac Boivin.

Avec ses deux restaurants, en à peine 5 ans C’est Belge s’est construit une renommée à Granby une solide réputation pour ses fameux déjeuners gastronomiques mariant recettes européennes classiques aux déjeuners québécois spécialisés dans les œufs bénédictines et les gaufres. Philippe Payen, une figure bien connue du Village aux débuts des années 2000, a donné raison à l’adage qui dit ‘Qui prend mari, prend pays’ en faisant connaître la cuisine belge dans son pays d’adoption. C’est Belge offre des produits naturels et bio, toujours de provenance de producteurs de la région.

À quelques km de Granby, à L’Ange Gardien, le Bistro Colombine vous fera découvrir une fine cuisine avec une touche à connotation française, autant dans l’amalgame des goûts que dans la beauté des plats. À déguster à l’intérieur ou sur la terrasse en été. À la même enseigne, il faut goûter à la finesse et l’authenticité du goût de Chocolats Colombe.

À Bromont, le bistro et steakhouse Le Macpherson loge dans une bâtisse historique, l’ancien hôtel Le Macpherson construit en 1880 au cœur du Vieux Village de Bromont. Son décor allie confort et modernisme en intégrant des éléments patrimoniaux. Le menu bistro s’inspire d’une cuisine du marché aux saveurs variées qui saura plaire à tous les palais, avec de succulentes grillades de première classe et une carte des vins incluant une sélection d’importations privées .

La micro-brasserie Le Brouemont propose plus de vingt recettes de bière artisanale brassées sur place. On raconte que c’est la meilleure micro-brasserie de tous les Cantons de l’Est. Ses bières se marient à la cuisine pub offerte au restaurant qui comprend d’excellents burgers. C’est un rendez-vous recherché en après-ski.

Si vous êtes amateur de chocolat, le Vieux Village de Bromont célèbre fin main la Fête du Chocolat, une fête qui se veut la plus gourmande au Québec.

Fière la Fête 2015

Depuis 2013, Sherbrooke est la première ville au Québec à l’extérieur de Montréal et Québec où la communauté LGBT célèbre publiquement la diversité sexuelle. Après deux premières éditions réussies qui ont attiré quelques centaines de participants tenues au parc Jacques-Cartier, tout près du Lac des Nations en plein cœur de la ville, la troisième édition s’est déplacée au Marché de la Gare et une marche dans les rues de la ville a été ajoutée au programme. À l’initiative des organismes communautaires régionaux et des groupes LGBT des cégep et université, Fière la fête se veut un événement festif, familial et inclusif qui a comme objectif d’apporter une visibilité à la diversité sexuelle et de genre et de créer un espace de partage et de réseautage. La quatrième édition se déroulera le samedi 27 août 2016.

De juin à décembre, le train touristique Orford Express propose des randonnées en train avec repas gastronomiques servis à bord, à travers les magnifiques paysages des Cantons-de-l’est. Que vous optiez pour le Brunch, pour le P’tit Plaisir Gourmand de l’après-midi ou pour le Souper à la Brunante, vous reviendrez la tête pleine de merveilleux souvenirs et le palais, comblé.

Dans une élégante résidence patrimoniale de Lennoxville, le Centre culturel et du patrimoine Uplands offre un regard sur l'histoire locale ainsi que sur les traditions culturelles et artistiques. Uplands présente une importante collection d'antiquités de la Société d'histoire et du Musée de Lennoxville-Ascot. On se donne rendez-vous à Uplands pour un vernissage, un atelier d'artisanat, un concert ou un thé à l'anglaise.

Bromont Balnéa

À mi-chemin entre Montréal et Sherbrooke, à quelques km de Granby, Bromont jouit d’un cadre naturel enchanteur autour d’une montagne à plusieurs sommets qu’on appelle le mont Brome (d’où le nom Bromont), le mont Gale et un plus petit pic, presqu'une colline, le mont Soleil. La plaine autour de cette masse montagneuse est plate et vallonnée par endroits, traversée par la rivière Yamaska qui prend sa source dans le lac Brome. Entre ces pics montagneux, les lacs Bromont et Gale sont alimentés par les sources de la montagne. Un des dernières montérégiennes, le mont Brome avec plus de 500 mètres est la deuxième en altitude après le mont Mégantic.

Ce cadre enchanteur en a fait une destination plein-air de villégiature quatre-saisons, Une grande partie du mont Brome accueille Bromont, montagne d'expériences, un méga-complexe touristique qui comprend des installations majeures de ski alpin, un méga-parc aquatique, des résidences de vacances et des habitations résidentielles, mais un domaine naturel sur le mont Gale compte aussi sur une zone protégée, réunissant des terrains privés à des buts de conservation et de randonnée. La montagne est le plus grand domaine skiable éclairé en Amérique du Nord avec 143 pistes et sous-bois répartis sur sept versants.

Ville créée en 1964 par le regroupement de divers villages, le développement de Bromont a d’abord été planifié comme une ville-modèle inspirée du concept de cité-jardin. Le tourisme est devenu au fil des années la principale activité économique de la ville qui s’est étendue en fusionnant d’autres villages. De nombreux montréalais y ont une résidence secondaire quand ils n’ont pas choisi d’y vivre.

Un des joyaux de Bromont, c’est le Spa Balnéa, la plus grande station thermale au Québec. Le spa surplombe une réserve naturelle d’une beauté à couper le souffle. Son architecture d’avant-garde et la splendeur du site en font un lieu d’exception. Avec un large éventail de services incluant rituels de soins de beauté et massages inspirés des quatre coins du monde, des aires de repos éclectiques, un club de plage d’inspiration méditerranéenne, une fine cuisine saisonnière et une carte des vins élaborée, de la randonnée en montagne et du yoga aux abords de son lac privé, ce spa porte à un nouveau niveau l’expérience thermale. Outre Balnéa, la région compte plusieurs établissements plus petits qui offrent de services de spa pour ceux qui préfèrent une expérience plus intimiste. À Saint-Alphonse de Granby, à quelques km, Bain de nature offre un gite du passant et un centre de naturisme pour hommes dans un décor enchanteur avec des jardins magnifiques et un étang.

Bromont compte plusieurs établissements homosympas dont quelques auberges et gites sympathiques et romantiques idéals pour le cocooning.

aboutusBannerImage

La vieille ville, le secteur touristique par excellence de Québec, compte la plus grande concentration de restaurants et de tables gastronomiques de Québec. Dans la tradition de Serge Bruyère, on y trouve parmi les plus grands chefs du Québec. Pensons aux Jean-Luc Boulay (Le Saint-Amour et Chez Boulay) Arnaud Marchand (Chez Boulay), Daniel Vézina (Laurie Raphaël) et Louis Pacquelin (Panache). Jean-Luc Boulay et Arnaud Marchand vous feront vivre l’expérience de la cuisine boréale mettant en valeur les produits typiquement québécois Chez Boulay au rez-de-chaussée de l’élégant Manoir Victoria, rue Saint-Jean. Non loin de là, le chef Jean-Luc Boulay préside aux destinées du Saint-Amour, une figure de proue de la gastronomie québécoise qui rend hommage aux fines denrées de notre terroir. Le Saint Amour se veut une figure de proue pour le rayonnement de la gastronomie québécoise. Dans le Top 10e des restaurants gastronomiques au Canada selon TripAdvisor, le Saint-Amour est un rendez-vous des stars de passage dans la capitale.

Sur la rue Saint-Stanislas, le chef Stéphane Roth veille aux cuisines du Patriarche, un établissement classé cinq-diamants. Du côté du Vieux-Port, le restaurant Panache installé dans un ancien entrepôt du XVIIIe siècle et intégré à l’Auberge Saint-Antoine, vous fera découvrir la cuisine raffinée du chef Louis Pacquelin digne des Relais et Châteaux. Au passage, découvrez les artéfacts mis en valeur dans les murs du bâtiment, rappelant la riche histoire des lieux qui ont vu naître la colonie.

Les touristes apprécient aussi Les Anciens Canadiens , un restaurant établi dans un bâtiment patrimonial qui vous permet de découvrir ou de revisiter les classiques de la cuisine traditionnelle québécoise. Non loin du Château Frontenac, le Continental est réputé pour ses flambés. Le Parmesan à deux pas met à l’honneur les classiques de la cuisine italienne.

La grande gastronomie se concentre à Québec dans le Vieux-Québec où on retrouve le plus grand nombre de grands chefs et des restos réputés. La plupart ont été formés en France d’où ils sont originaires. C’est le cas de Jean-Luc Boulay, l’actuel président de la Fondation Serge-Bruyère. Ce chef plusieurs fois médaillé préside aux destinées de Chez Boulay bistro boréal, ainsi que du Saint-Amour, deux grandes tables dans l’enceinte de la vieille ville fortifiée. Le Saint-Amour se veut une figure de proue du rayonnement de la gastronomie québécoise. Alliant tradition et innovation, ses professionnels en cuisine misent sur les plus récentes techniques pour rendre hommage aux fines denrées de notre terroir.

Sa rencontre avec Arnaud Marchand à l’émission Les chefs en 2010 l’amène à se lancer dans l’aventure gastronomique de Chez Boulay bistro boréal autour d’une même passion qui s’exprime aujourd’hui dans leur menu d’inspiration boréale. La cuisine du nord propose une redécouverte unique de nos produits régionaux, au rythme des saisons. Wapiti, poisson, fleurs de sureau ou thé du Labrador s’invitent au menu d’une table inventive. Un métissage surprenant de traditions culinaires et d’influences internationales. Il vous recommandera lui-même de découvrir les produits du Canard Goulu et les pâtisseries et pains de Chez Paillard.

Dans le même secteur du Vieux-Québec, tout près de la porte Saint-Jean, le chef Stéphane Roth, originaire de Montbéliard en France combine plaisir, découverte et créativité, et partage sa passion par multiple de trois grâce à ses célèbres trilogies du terroir au Patriarche. Lové au coeur du Vieux-Québec, à proximité de la porte Saint-Jean, Le Patriarche offre une ambiance intime dans le décor raffiné d’une belle maison de pierres datant de 1827. Maître Cuisinier de France, son restaurant est côté cinq diamants. Il nous offre depuis l’an dernier dans un autre registre les plaisirs de la rôtisserie à la française au Tournebroche toujours sur la rue Saint-Jean.

Au Château Frontenac, hôtel phare du Vieux-Québec, le chef Stéphane Modat met en œuvre son savoir-faire au restaurant Champlain. Né à Perpignan, France, il nous propose une gastronomie française et continentale dans une atmosphère intime au charme historique et au service attentionné. Les ingrédients locaux les plus frais marient les saveurs du passé avec l’élégance et la modernité d’aujourd’hui dans un décor élégant et luxueux avec une majestueuse salle à manger donnant sur le Saint-Laurent. Stéphane Modat est coauteur du livre de recettes Papilles et Molécules et de la collection Papilles pour tous!, qui a remporté le prix du meilleur livre d’harmonies mets et vins au monde.

 

Corps rebelles

Jusqu’au 14 février 2016, l'exposition Corps rebelles propose au Musée de la Civilisation une incursion dans l'univers de la danse contemporaine. Il s'agit d'une occasion exceptionnelle de découvrir ou redécouvrir des œuvres québécoises et internationales à travers le langage du corps en mouvement et l'écriture chorégraphique.

La danse contemporaine transgresse les règles. Rebelle, elle bouscule les références autour du corps idéal et de l'art comme simple divertissement. Chaque création dansée instaure de nouveaux référents esthétiques et poétiques. La danse se fait transdisciplinaire : elle fait tomber les frontières entre les arts et métisse son travail de composition. C'est ce que montre l'exposition.

Après une introduction qui campe le thème et un aperçu de l'histoire de la danse contemporaine, ce grand rendez-vous avec la danse est orienté autour de six thématiques associées au corps. Six modes d'appropriation du corps jalonnent ainsi le parcours de l'exposition présentés dans autant d'espaces immersifs. Ils sont exprimés en gestes et en paroles (à l'aide de vidéos) par Victor Quijada (corps urbain), Margie Gillis (corps naturel), France Geoffroy (corps atypique), Daniel Léveillé (corps politique), Louise Lecavalier (corps virtuose), Martine Époque et Denis Poulin (corps multi). Il va sans dire que ces chorégraphes peuvent tout aussi bien être associés à l'un ou l'autre des genres chorégraphiques.

Dans un studio intégré à l'exposition, Corps rebelles propose une expérience participative hors du commun réalisée par Moment Factory. Inspirée par la chorégraphie phare de Jean-Pierre Perreault, Joe, l'expérience se vit en quatre étapes : se costumer en Joe, rencontrer Joe, vivre (expérimenter l'œuvre) et revivre l'œuvre. Guidés par la voix de la répétitrice Ginelle Chagnon et des consignes lumineuses, les participants effectuent des mouvements de cette célèbre chorégraphie. L'expérience a été rendue possible grâce à la collaboration de la Fondation Jean-Pierre Perreault.

Dans ce studio, des résidences de créations chorégraphiques professionnelles et des classes de maîtres seront présentées tout au long de la durée de l'exposition. Le public pourra voir en direct et in situ, le travail de chorégraphes et de danseurs. C'est le chorégraphe Harold Rhéaume (qui a collaboré aux contenus de l'exposition) avec des danseurs de sa compagnie Le fils d'Adrien danse qui a entamé cette série de résidences, dès le 11 mars 2015.

clocher-penchee3

Un petit creux à combler avant ou après le spectacle ou les emplettes? L’axe de la rue Saint-Joseph offre d’excellentes tables. Essayez Le Cercle pour sa cuisine à base de produits locaux, son ambiance éclectique et sa programmation d’événements culturels. À moins que vous n'ayez un penchant pour le bistro du Clocher Penché? C’est toujours un réel plaisir de s’attabler dans cet irréductible bistro qui échafaude son art autour de produits d’artisans d’ici. Au brunch, les becs salés se régalent de mets uniques en ville, telles la tarte à l’endive ou la brouillade d’œufs au maquereau fumé. Le midi, le classique bistro du jour rameute plusieurs affamés. Et le soir, la carte se veut rassembleuse, forte de plats gorgés d’amour qui semblent s’être encanaillés. Une valeur sûre.

salle_a_manger_1_484x319

Vous cherchez un endroit bien branché pour prendre un verre en fin de journée? Le Versa Resto-bar à deux pas sur Du Parvis vous offre une carte des vins exclusive, un bel éventail de mojitos et l’unique bar à huîtres de Québec. Vous découvrirez la cuisine bistronomique du chef Benoit Poliquin. Des plats savoureux : pétoncles poêlés, bavette de bœuf, arrivages de poissons frais, avec un style et des saveurs gastronomiques à des prix raisonnables.

09_les-sales-gosses-815

Un peu plus loin sur Saint-Joseph, Les Sales Gosses proposent une cuisine travaillée et goûteuse, influencée par la France et Italie. Le restaurant se trouve dans un local tout en longueur où le noir et le blanc sont de véritables accessoires qui contribuent à rehausser les différents plats au menu. Les clients apprécieront l’aspect épuré du resto, sans compter l’immense banquette de la salle à manger, ainsi que le vaste bar qui permet à la clientèle de manger sur le pouce ou d’apprécier une soirée entre amis.

Les amateurs de bières artisanales, eux, souhaiteront étancher leur soif à la micro brasserie La Barberie, qui a atteint le stade d'institution dans le quartier. À moins que ce ne soit chez la petite dernière, Korrigane Brasserie Artisanale. Rue Saint-Vallier, on raconte que vous pouvez croiser Robert Lepage aux Salons d’Edgar.

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives